Association des Amis de l'Atelier du Temsp Passé
Accueil > Goodies > Galerie d’exemples > Exemple 9
Haut de page
Enregistrer au format PDF Galerie d’exemples

Exemple 9

Exemple de déchirure importante

Tableau XIXè

Sur l’insistance du marchand qui possédait le tableau, celui-ci n’a pas été rentoilé. Malgré la forte déchirure, la toile gardait de la tension et de la solidité, ce qui a permis de se passer de rentoilage.
Il a en un premier temps été nécessaire de faire une consiladiton et remise en place provisoire des déchirures afin de commencer la restauration par les opération de nettoyage :

Les déchirures Les déchirures ont ensuites été remise en place de façon définitive et les incrustation faites à la toile de lin et au plextol. Le tableau a été ensuite refixé au Klugel G, apportant à la toile un peu de consolidation.

Le tableau a ensuite été réintégré selon le processus "vernis-sage, réintégration réintégration L’ expression désigne l’ensemble des opérations nécessaires à reconstituer un manque de l’image. On y distingue le masticage (première opération) qui permet d’une part la mise à niveau de la lacune (manque de peinture et éventuellement de préparation), mais aussi de reconstituer le relief de la peinture ou imprimé en elle (empâtement, coup de pinceau, grains de la toile). , vernissage".

Détail de la lacune lacune Perte de matière picturale nécessitant une réintégration

Malgré sa grandeur et son aspect impressionnant, cette déchirure n’induisait que peu de manque de matière, à peine plus que celle qui est à sa droite.

Il n’en reste pas moins que sans rentoilage, ce type de restauration reste fragile et ne possède pas une grande pérénité.