Association des Amis de l'Atelier du Temsp Passé
Accueil > Le métier > Dossiers techniques > Gommes et éponges
Haut de page
Enregistrer au format PDF Dossier technique : Nettoyage du revers des œuvres peintes sur toile par Élodie Diallo

Gommes et éponges

Produits disponibles sur le marché non-spécialisé dans la restauration de tableau pouvant être utilisés

Recherche de produits disponibles sur le marché non-spécialisé dans la restauration de tableau et qui pourraient être détournés pour une application à ce domaine pour le nettoyage des revers de peintures.

1. Généralités

1-1 Introduction générale

Dans le cadre de la restauration conservation d’œuvres peintes sur toile, le nettoyage du revers de l’œuvre a une importance capitale.

L’opération consiste à éliminer la saleté superficielle (poussière spores, pollution, scrupules, moisissures...) déposée à la surface de la file au fil du temps.
La présence de ces saletés peut accélérer la dégradation de l’œuvre, voire même endommager le couche picturale (déformation dûes à la présence de scrupules entre le châssis et la toile par exemple).
Il est indispensable de les retirer.

La restauration curative du tableau commence donc par un nettoyage du revers de celui-ci. Les termes de « décrassage à sec » ou « gommage » sont employés pour cette opération.

Le restaurateur a à sa disposition un certain nombre d’outils dont il se sert pour la mise en œuvre de cette étape (cf paragraphe 1-3)

Le métier de restauration est en constante évolution. Il apparait régulièrement sur le marché de nouveau produits mais ceux créés spécifiquement pour le métier sont malheureusement trop rares.

Le restaurateur conservateur va donc devoir faire preuve d’inventivité et effectuer à cette fin des recherches pour pouvoir toujours mieux exercer son métier en détournant des produits de leur domaine d’application initial.

Cette étude va dans ce sens et a pour volonté d’aller à la recherche de nouveaux matériaux pour le décrassage à sec des revers d’œuvres peintes sur toile en se concentrant sur les gommes et éponges.

1-2 Nettoyage du revers de tableau

Tout traitement du revers d’une œuvre peinte sur toile présente un risque pour la couche picturale de la face lié aux contraintes exercées lors du nettoyage. Il est donc primordial de bien protéger la face avant du tableau. Il existe pour cela différentes méthodes comme par exemple le facing, le cartonage ou double cartonnage mais aussi, en cas d’empâtements importants, le fait de positionner le tableau sur un support qui suivra la forme de la couche picturale, comme un bac à sable, un molleton ou encore un tapis de silicone. [1]

Dans le cas de cette étude, les tests étant effectués sur de la toile libre non enduite, non peinte, ces opérations ne seront pas néces-saires. D’autres tests devront être fait sur des œuvres peintes, mais cela fera l’objet d’une autre étude.

Tous les supports textiles anciens présentent des salissures et une surface non-lisse propice aux accumulations de résidus de toutes sortes. Ils peuvent également présenter des défauts de tissage, nœuds et coutures ainsi que des traces de prépartion original ayant traversé le support toile. Ces résidus sont à ne pas confondre avec les salissures et à aborder avec le plus grand soin. Ils ne seront pas nécessairement retirés. Chaque œuvre étant différente, cela dépend du cas de figure qui se présente.

Les revers présentent différentes salissures : les poussières de surfaces, les poches de poussières (scrupules) et les résidus de matériaux.

A chaque intervention correspond des outils adaptés plus ou moins efficaces selon le tableau et la contexture du support toile. (cf chapitre 2)

1-3 Outils traditionnellement utilisés

Pour le nettoyage du revers de tableau, le restaurateur utilise un certain nombre d’outils adaptés selon les salissures à extraires.

Salissure de surface
  • Pinceau brosse : pour les poussières de surface et celles logées dans les aspérités du support
  • Gomme Wishab : sorte d’éponge/gomme double face que l’on frotte sur la toile pour retirer les salissures plus tenaces.
  • Sablage fin : pour les salissures persistantes (efficace mais onéreux puisque nécessite une machine adaptée)
Pinceau brosse

Pinceau brosse et aspiration
« Manuel de restauration des tableaux » Knut Nicolaus-Könemann, Cologne 1998

Gomme Wishab

Sablage fin
« Manuel de restauration des tableaux » Knut Nicolaus-Könemann, Cologne 1998

 

Poches de poussières

  • Air comprimé, pinceau éventail, spatule à grande lame : pour les amas de poussières qui peuvent renfermer différents types de résidus : bouts de fils, insectes morts, brins de paille (autrefois les tableaux étaient transportés dans des caisses garnies de paille ou de foin)
Air comprimé
« Manuel de restauration des tableaux » Knut Nicolaus-Könemann, Cologne 1998

Pinceau éventail

Spatule à grande lame
Toile démontée du châssis

Spatule à grande lame
Toile non démontée du châssis

 

D’autres produits peuvent également être utilisés bien que conçus pour la restauration d’œuvres sur papier :

  • Absorene : pâte souple fonctionnant comme une gomme pour surfaces sèches. Absorene absorbe la poussière, la saleté, les traces de fumée, sur papier (livres, copies, papiers peints et peinture.
    Egalement un excellent nettoyant pour textiles.
  • Groom Stick : caoutchouc naturel aux propriétés spécifiques combinées pour créer un produit de nettoyage à sec de rendement élevé. La structure naturelle du caoutchouc a été modifié pour le rendre souple de manière définitive. L’humidité, les solvants et les additifs chimiques ont été exclus.
  • Design Artgum : Gomme spéciale non abrasive, produisant une poudre nettoyante en profondeur. Elimine les salissures sur les documents papier.
  • ZF11 et ZF30 : ZF11 = gomme vinyle qui a fait l’objet de tests et d’analyses poussés dans la revue de l’Association des Restaura- teurs d’Art et d’Archéologie de Formation Universitaire.
    ZF30 = Gomme microbilles pour un effaçage en douceur.
  • Plastigom : Gomme plastique en poudre de granulation moyenne. Base vinyle. Exempte de soufre. La gomme plastique est reconnue comme étant la plus performante et la moins dommageable pour les nettoyages de documents.
  • Eponge Latex : Élimine suie, traces de fumée sur les papiers peints, nettoie les salissures sur bois, métaux peints, toiles et beaucoup d’autres surfaces.
  • Gomme Chaussette : Poudre de gomme caoutchouc extra fine encapsulée dans un manchon en coton. Idéale pour le nettoyage de gravures, manuscrits, plans, cartes, etc.
Absorene

Groom Stick

Gommes Design Artgum

Gommes Pentel ZF11 et ZF30

Plastigom

Eponge Latex

Gomme chaussette

 

2 Le support toile

Afin de bien comprendre les réactions possibles lors des essais de gommage, il est nécessaire de bien connaître le support toile sur lequel ils seront effectués.

La toile de lin, chanvre, coton ou jute, utilisée comme support de peinture est constituée d’un entrecroisement régulier de fils de fibres naturelles. Le textile est obtenu sur un métier à tisser en passant le fil de trame entre les fils de chaîne, eux-même tendus sur le métier. Les fils s’en trouve donc ondulés. [2]

Ainsi, la structure de la toile se présente sous la forme d’un arrangement fibreux dont l’entité élémentaire est la fibre. L’opération de filature a permis d’arranger les fibres sous la forme d’un fil, la torsion assurant la cohésion du fil. Puis les fils sont assemblés de diverses manière pour obtenir une surface textile. [3]

La toile est de ce fait une structure multi-échelle avec une rugosité de surface du fait de l’entrecroisement des fils.
La surface du textile présente souvent une pilosité spécifique au type de matériau. Celle-ci est naturelle lorsqu’elle provient de fibres ayant échappées partiellement au processus de cohésion lors de la filature. Mais elle peut également être la conséquence d’une abrasion et traduire alors l’usure de la surface textile.

Autres caractéristique des toiles à prendre en compte :
la contexture. On appelle contexture les différentes données qui caractérisent la toile :

Fig.1 / Différents types de torsions des fils

-* le nombre de fils de trame et de chaîne par cm2

  • la torsion des fils en Z ou en S (Fig. 1)
  • les fils simples ou retors (Fig. 1)
  • l’embuvage en %
  • le type d’armure (Fig. 2)
Fig.2 / Les 3 principaux types d’armures

2-2 Altérations

Comme tous les matériaux naturels, le support textile est soumis au processus de vieillissement. Il en résulte en général une perte d’élasticité et de solidité.

La cellulose qui compose la fibre de la toile va réagir à différents éléments présents dans l’atmosphére [4]. En premier lieu, la cellulose va s’oxyder ("brûler") au contact de l’oxygène présent dans l’air. Elle va également être sensible aux variations hygroscopiques en fonction du taux d’humidité dans l’air ambiant. Elle va être attaquée par les acides présents dans l’atmosphère sous forme d’impuretés. Elle offre un terrain favorable au développement de micro-organismes. Elle va absorber les rayonnements qui provoqueront une rupture de la fibre. Et enfin, elle peut également réagir à certains produits utilisés lors de différentes campagnes de restauration.

Il est important de comprendre que les poussières et les salissures ne sont pas anodines. Elles accélèrent le vieilissement du matériau. Par exemple, les micro-organismes vont détruire la cellulose et les scrupules et poussières, agissant comme une "compresse" vont accélérer ce processus de vieillissement.

Il est donc primordial des les retirer pour permettre la bonne conservation de l’œuvre.

info portfolio

Statut et forme juridique État de la gomme apreÈs nettoyage

Notes

[1« Manuel de restauration des tableaux » Knut Nicolaus-Könemann, Cologne 1998

[2« Comportement mécanique des peintures sur toile » Alain Roche-CNRS Editions, Paris 2003

[3« Conservation restauration d’un costume d’oiseau du film Les enfants du Paradis de Marcel Carné » Mélina Plottu-Mémoire INP, Paris 2012

[4« Manuel de restauration des tableaux » Knut Nicolaus-Könemann, Cologne 1998