#1 Re : DOUBLAGE » question à propos du cartonnage avant rentoilage » 28-05-2018 05:33:42

J'insiste sur le fait que l'utilisation de la colle de pâte peut être dangereuse pour le tableau.

Avez-vous fait les tests d'eau et de chaleur ? Êtes-vous certaine que votre toile n'est pas en coton ? Qu'elle n'a pas de préparation rouge ? Quel est votre diagnostic pour le tableau ?

#2 Re : DOUBLAGE » question à propos du cartonnage avant rentoilage » 28-05-2018 05:28:23

Bonjour
Vous trouverez une recette et la façon de l'appliquer dans les dossiers techniques http://www.3atp.org/Oeuvre-anonyme-debut-xviiie et http://www.3atp.org/Le-jeu-d-osselet?artpage=3-3.
ATTENTION le cartonnage à la colle de pâte n'a d'intérêt que si vous effectuez un rentoilage à la colle de pâte. Sinon vous risquez d'être au mieux contre-productif voir d'entamer une opération dangereuse.

#3 Re : NETTOYAGE » PRoblème de nettoyage » 10-04-2018 09:45:38

Votre peinture étant récente, il faut savoir qu'elle n'est pas "sèche", une huile mettant plusieurs mois à polymériser entièrement. Elle est donc fragile.
Utilisez des produits purs (pas des produits comportant des additifs). Vous pouvez essayer l'acétate d'éthyle, ou un mélange de diacétone alcool (25%) isopropanol (25%) isooctane (50%). Travailler avec un coton tige sur de petites surfaces.

En fait, je ne comprends pas bien pourquoi on vous a conseillé de prendre un vernis à retoucher si c'est votre peinture... mais là n'est pas le problème !

Tenez-nous au courant, mais soyez très prudent dans votre manipulation.

#4 Re : NETTOYAGE » PRoblème de nettoyage » 10-04-2018 09:14:45

Bonjour

Un premier point est que l'éthanol n'est pas le plus adapté pour ce type d'opération.
Le deuxième point est de savoir si d'une part la peinture sur laquelle vous êtes intervenue était déjà vernie, et d'autre part, de quelle époque est cette peinture ?

Dans l'attente de vos précisions.

#5 Re : L'huile » Vernis a retoucher » 02-03-2018 08:43:30

Bonjour

Certains noirs font partie des couleurs qui sèchent le plus lentement, et si le pigment est très fin, il se peut qu'il "s'enfonce" plus vite.

Pour le sèche cheveux, je ne suis pas certains que ce soit une bonne idée. Ce qui rend un tableau sensible aux conditions atmosphériques ce sont les variations de celle-ci. Aussi, apporter une source de chaleur ponctuelle et forte (chaleur + pression atmosphérique) sur un bref moment, est une agression pour le tableau.

Si vous pouvez essayez d'attendre au moins 3 mois avant de vernir, et de faire en sorte que votre pièce de stockage soit dans les bonnes variables (voir http://www.3atp.org/Regles-de-conservation-des en veillant bien à ce que son taux d'humidité soit au plus bas, quitte à mettre un petit absorbeur d'humidité – car j'ai cru comprendre que vous aviez en ce moment un temps quand même humide aussi – peut-être le problème disparaitra-t-il comme il est venu. Mettez un petit thermomètre / baromètre / hydromètre dans la pièce pour éviter de vous fier à la sensation qui reste sujette à caution.

De façon plus prospective, vous pouvez aussi faire un test. Sur une petite toile vous faites une série de trois bandes (sans contact entre elles) de deux à trois couleur : le noir que vous utilisez, une couleur témoin de référence et éventuellement un autre noir ou une troisième couleur.
Au bout d'un mois, vous vernissez la première bande, et chaque mois vous vernissez la bande suivante. Cela vous donnera la possibilité de voir comment réagit le noir en fonction des autres couleurs au cours du temps. Si vous pouvez faire le test sur six mois, c'est encore mieux.

Voilà, tenez nous au courant.
Et n'hésitez pas si vous avez d'autre questions.
J'espère que vous pourrez venir à bout du problème.

#6 Re : L'huile » Vernis a retoucher » 01-03-2018 07:56:24

Bonjour

Ces derniers temps, lorsque vous avez verni, y avait-il un taux d'humidité élevé ?
En attendant le vernissage, les peintures ont-elles séjournes dans un endroit froid (séchage ralenti) et/ou humide.

Si les peinture n'ont pas eu le temps de sécher (j'imagine que selon votre domaine, vous travaillez plutôt en glacis et que ceux-ci sont plus ou moins enrichis d'huile) soit parce que 2 à 3 mois est peut-être un peu court globalement, soit parce que le froid a ralenti la polymérisation de l'huile, l'huile non polymérisée remonte (ou plutôt le pigment s'enfonce) et est prisonnière du vernis.
Si c'est de l'eau (sous forme d'humidité) qui a été faite prisonnière, il est possible (comme le fait de l'eau renversée sur une nappe hydrophobe) que celle-ci se regroupe en "bulle".

Si la réaction de votre peinture avec votre vernis a changée, c'est forcément que quelque chose a changer soit dans la composition des produits, soit dans l'environnement d'exécution. Ainsi, si pour vous la composition des produits est la même, c'est donc au niveau de l'environnement qu'il faut chercher la cause du problème.

Je reste à votre écoute.

#7 Re : L'huile » Vernis a retoucher » 01-03-2018 07:20:31

Bonjour

Pour essayer de vous répondre pouvez-vous nous dire quel vernis vous utilisez (résine, diluant et pourcentage de dilution...), quelle peinture noire vous utilisez (type de pigment, ajout de liant, siccatif, diluant...) et éventuellement quel technique vous pratiquez (couteau, glacis, pâte...), et enfin, combien de temps vous laissez entre la fin du tableau et le vernissage.

Vous êtes-vous renseigné chez le fournisseur pour savoir si la composition des tubes avait changé ?

Merci d'avance.

#8 Re : DIVERS » recherche restaurateur, département de la manche 50 » 26-02-2018 06:42:30

Bonjour

Désolé, je n'avais pas vu que le département était dans le titre. Je ne connais personne dans la Manche, mais selon où vous êtes, vous pouvez vous adresser à Marianne Chopin à Montagne-au-perche (61) : https://www.facebook.com/chopinmarianne … detableaux (tel : 06 20 36 00 85).

Si j'entends parler de quelqu'un plus près de chez vous, je vous tiendrais au courant.
Cordialement

#9 Re : DIVERS » recherche restaurateur, département de la manche 50 » 16-02-2018 07:18:36

Bonjour

Pour cela, il serait intéressant de savoir dans quel département vous êtes. Le 50 ?

#10 Re : Création » vernis garanti 10 ans en extérieur » 02-02-2018 20:21:04

Bonjour

Vous pouvez peut-être aussi essayer de mettre une couche de vernis epoxi.
Voyez par exemple https://www.mack-kayak.com/resines-epox … ouple.html ou http://www.katanarods.com/store_new/fr/57-vernis.

Mais je vous conseille vivement de faire des tests avant votre application définitive.
Tenez-nous au courant de votre choix.

#11 Re : Création » vernis garanti 10 ans en extérieur » 02-02-2018 15:08:49

Bonjour

Pouvez-vous préciser si vous êtes dans le cadre d'une restauration ou d'une création.

Le mieux pour vous serait de faire des tests de ces différentes solutions et de voir, au moins, comment votre peinture réagit.

Après recherche de renseignement, les restaurateurs ayant dû intervenir en extérieur avaient utilisé des peintures spéciales extérieures anti UV sans apposition de vernis.

#12 Re : DOUBLAGE » Cartonnage avant doublage » 26-01-2018 06:19:24

Bonjour
Si vous n'avez pas de problème de déplacage, ou si vous pouvez faire un refixage généralisé avant, vous pouvez faire votre cartonnage à la methycellulose à 20% sur papier Japon. L'avantage c'est que ça s'enlève à sec. C'est le tuyau que j'ai fini par avoir pour vous. La methycellulose est dilué aussi dans l'eau, mais devrait poser moins de problème que la colle de peau.
Je cherche à avoir d'autre renseignement et vous tiens au courant si je trouve autre chose.
Restez prudent !

#13 Re : DIVERS » Comment reconnaître une peinture sur cuivre ? » 29-12-2017 09:17:19

Bonjour

Une peinture sur cuivre est une peinture sur une plaque de cuivre et n'est donc pas, en cela, une technique particulière, mais plutôt un support particulier. Si la peinture est sur une plaque de cuivre, c'est donc une peinture sur cuivre.
Ce sont plutôt de petits formats ("peintures transportables" lors de voyage par exemple) qui ont vu le jour à partir du XVIe siècle.
Donc, votre objet est-il en métal et si oui, pouvez-vous voir l'arrière du tableau ? Si oui, vous devriez pouvoir identifier si la plaque est bien en cuivre.
Tenez-nous au courant.

#14 Re : DIVERS » Problème encollage colle de peau » 22-10-2017 18:25:05

La colle de peau permet d'accentuer la tension de la toile et de la rendre la plus inerte possible, ce qui permet d'une part une meilleure conservation et d'autre part une meilleure réaction sous la pression du pinceau.

Si vous mettez simplement un gesso, vous n'aurez effectivement peut-être pas de déformation (quoi que selon la teneur en eau de votre gesso, vous n'êtes pas à l'abris d'une déformation), mais la toile sera moins agréable à peindre.
Par contre, mettre un gesso sur la toile déformée ne résoudra rien.

Mon expérience de peintre me fait dire que les toiles trop fines sont source de problème ! Celle de restaurateur qu'en plus elles sont délicates à restaurer.

#15 Re : DIVERS » Problème encollage colle de peau » 22-10-2017 17:33:10

Bonjour

Effectivement, votre toile est trop fine pour résister aux forces de tensions très puissantes de la colle de peau.
Vous pouvez peut-être essayer avec une colle plus diluée.

D'autre part, je vous conseille de décatir votre toile avant de l'encoller afin de la débarrasser de son apprêt.

Nous restons à votre écoute en cas de besoin.

#16 Re : DIVERS » Quel papier choisir pour un cartonnage total ? » 20-10-2017 19:34:23

Bonjour
Ci-dessous la réponse de la restauratrice qui à fait le dossier technique auquel vous faites référence.
Au sujet du dossier, c'était une papier canson très épais qui s'appelait "bulle" bizarrement... Malheureusement il n'est plus fabriqué. Je l'ai remplacé par le tnt 55 qui est pelable à sec, ce qui est très cool!
J'espère que cela vous sera utile.

#17 Re : DIVERS » Quel papier choisir pour un cartonnage total ? » 19-10-2017 05:09:42

Bonjour
Je me renseigne et je reviens vers vous dès que j'ai une réponse.

#18 Re : DIVERS » Quel papier choisir pour un cartonnage total ? » 18-10-2017 15:30:55

Bonjour
Je vous conseil malgré tout de faire d'abord un cartonnage au papier Japon.
Pourquoi voulez-vous un cartonnage avec un papier plus épais ?

#19 Re : L'huile » Etapes de création du tableau idéal ( en terme de conservation ) » 04-10-2017 14:21:16

Bonjour Anastasia
Ce phénomène d'embus (qui est bien ce que je pensais) résulte du fait que la térébenthine "amaigrit" votre couche initiale. De plus si votre préparation de support est bien faites (décatissage de la toile, encollage à la colle de peau de lapin et enduit — au plus simple un enduit acrylique tout prêt, éventuellement en deux couches) votre support ne devrait pas absorber l'huile, sauf si vous peignez sur carton.
Peut-être devriez-vous essayer de mettre un quart d'huile dans votre médium de départ, puis augmenter d'un quart par couche.

D'après ce que je comprends, vous n'êtes pas vraiment dans une peinture aux glacis, aussi, vous pourriez peut-être commencer par une fine couche sans médium, travaillée en frottis, puis travailler en demie-pâte pour la couche principale (sans médium) et enrichir légèrement vos couches complémentaires à l'huile. Cela diminuerait aussi les temps de séchage entre les couches.
Les pigments les plus absorbants sont les pigments terreux, vous pourriez peut-être dans votre première couche, n'enrichir (légèrement) à l'huile que les couleurs dont les pigments sont absorbants.

Reste aussi à savoir quel rendu vous voulez. Plus vous mettez d'huile, plus votre peinture sera brillante, mais avec les procédés dont je vous parle, vous pourrez amenez la brillance une fois le tableau fini et sec avec un vernis Damar.

Sans voir votre travail, c'est un peu difficile de tenter de vous trouver une solution. Mais passer une couche de médium pour supprimer les embus n'est pas une bonne solution, il faut chercher un moyen de les éviter.

Tenez-oi au courant.
Amicalement

#20 Re : L'huile » Etapes de création du tableau idéal ( en terme de conservation ) » 02-10-2017 12:22:26

Bonjour Anastasia

Pour le blanc de titane, vous pouvez effectivement utiliser le blanc de zinc pour ces mélanges douteux. Pour ma part, je trouve cela rapidement compliqué sur une palette et le processus créatif étant ce qu'il est, il faut un certain temps pour automatiser le réflexe de changer de blanc selon les mélanges.

Par contre, je ne comprends pas très bien la question suivante. Qu'entendez-vous par désembuer ? La présence de d'embue sur la couche picturale après la première couche ?
Je ne suis pas un spécialiste du glacis, trop contraignant à mon goût et je suis plus proche des techniques post-impressionnistes ou, comme vous dites, globalement alla prima en pâte ou semi-pâte, voire frottis.
Quoi qu'il en soit, je vous déconseillerais de passer une couche de médium par-dessus votre couche de peinture. Si vous voulez reprendre après, il faudra encore être plus gras et vous finirez par être trop gras, et cela ne sert à rien, du moins, à mon avis.
Pour le temps de séchage, cela va dépendre de votre couche. L'idée est d'attendre un temps suffisant pour que votre action n'interagisse pas avec votre couche précédente et dépend donc aussi de la façon dont votre seconde couche est chargée en médium. Cela peut donc aller de quelques heures pour une huile dont vous avez "aspiré" l'huile avec un buvard, à plusieurs jours pour certains glacis.

Vous êtes dans quelle configuration ?

#21 Re : L'huile » Etapes de création du tableau idéal ( en terme de conservation ) » 29-09-2017 05:20:00

Bonjour
Et de rien.

Pour votre première question, en toute logique, si votre encollage et votre préparation sont correctement faits, vous n'avez pas ou très peu de pénétration de la CP avec le support. Si vous travaillez en pâte ou demi pâte, vous n'avez que très peu de raison d'ajouter de l'huile et/ou de la térébenthine. C'est vraiment une accroche mécanique plus qu'une accroche chimique qui lie la CP et le support et en cela, ce sont les mouvements du second et la contraction interne du premier qui régissent le vieillissement.
Si vous déposez une grosse touche de peinture très légèrement sur une autre couche épaisse, vous risquez effectivement un problème du fait d'une éventuelle bulle d'air que vous auriez fait prisonnier entre les deux couches et qui peut travailler la liaison entre les deux couches... mais je crois que la majorité des soulèvements et des déplacages que j'ai vu provenaient de mouvement des supports, de peinture maigre sur gras ou d'excès de siccatif.
Pour une gouache sur papier, le diluant à un rôle d'intégration de la peinture dans le support, mais je ne crois pas que l'on puisse parler de cela pour une huile sur toile.

Pour ma part, par principe, je n'utilise pas de blanc de plomb. C'est une peinture qui a tué et rendu malade des milliers de personnes et qui continue de le faire. Je n'ai pas trouvé d'incompatibilité entre le blanc de titane et le bleu outremer, le vermillon et les cadmiums dans le document que vous cité. Mais peut-être l'ai-je lu trop vite ? J'ai toujours utilisé du blanc de titane et parfois du blanc de zinc, moins éclatant et peut-être "plus bleuté". Avec près de trente ans de recul sur mes premières peintures, je n'ai pas vu de problèmes avec l'utilisation de blanc de titane. Les problèmes que je vois sont tous issus de tentatives d'ajout de médiums, de solvants et/ou de siccatif autre que ceux préconisés pour une peinture en glacis (2/3 huile 1/3 térébenthine). Aussi, si vous n'utilisez pas de blanc de plomb, vous échapperez à beaucoup de problèmes.

Pour le reste, faites confiance à ce que vous lisez si ce n'est pas édité par les fabricants ! N'étant pas chimiste, je ne peux vous dire si mettre du blanc de zinc avec du blanc de plomb est véritablement protecteur ou avec du blanc de titane, mais étant amateur des cadmiums (surtout des rouges) et les ayant depuis longtemps et à de nombreuses reprises utilisés avec du blanc de titane, je n'ai pas remarqué pour le moment de détériorations particulières.
Tout ancien restaurateur que je suis, je crois que si il est nécessaire d'avoir une réelle attention sur les supports et leur préparation et si possible sur les compatibilités entre les médiums de bases et ce que l'on ajoute dedans, il faut aussi s'accorder la liberté du créateur sans trops se prendre la tête. Quand les moines souffle sur un mandala de pigments, il ne se demandent pas trop si leur mélange était pérenne. Je crois que c'est une grande leçon d'humilité pour tout artiste.

Bonne journée à vous, et n'hésitez pas si vous voulez continuer cette discussion.

#22 Re : CONSERVATION » Facing : les avis divergent...quelle est la bonne technique. » 19-09-2017 13:44:29

Bonjour
Pour quelle opération désirez-vous effectuer un facing... celui-ci va dépendre des actions qui vont suivre et des résines que vous allez utiliser.

#23 Re : L'huile » Etapes de création du tableau idéal ( en terme de conservation ) » 19-09-2017 06:58:08

Bonjour
Pour avoir été restaurateur de tableaux et avant peintre, et ayant rapidement peint en demi-pâte et pâte avec mon huile sans ajout de diluant ou d'un quelconque médium complémentaire, je peux vois pour le moment que mes huiles vieillissent correctement. Certes, les plus vieilles n'ont qu'une trentaine d'années, mais ce sont celles où j'ai expérimenté des ajouts d'huile ou de solvant qui ont le plus mal vieilli.

Ce qui fait qu'une toile vieillit bien est plutôt simple : la règle du gras sur maigre et la qualité du support. Les deux choses étant liées au même principe mécanique.
Si vous peignez en superposant une couche de peinture maigre (qui sèche plus vite) sur une couche de peinture grasse (qui sèche moins vite), lors de son séchage (et donc de sa réticulation) la peinture va se contracter et entraîner la couche du dessus dans son mouvement et donc la craqueler. C'est pour cela qu'il est nécessaire de peindre gras sur maigre et non le contraire.

Avant de parler du support, les siccatifs peuvent avoir des effets désastreux sur la couche picturale s'ils sont mal employés. Quant au support, c'est aussi lui qui fait craqueler les peintures à travers ses mouvements. Plus votre support est inerte, mieux votre peinture vieillira. Le problème des supports achetés dans le commerce est sa souplesse. Déjà, préférer les toiles de lin aux toiles en cotons plus réactives à l'humidité. Mais globalement les toiles achetées préparées sont mal tendues. Une toile doit avoir un son de tambour ! Faire un vrai "dông" quand vous tapez dessus.
Pour ma part, j'avais opté pour un compris entre la préparation traditionnelle et les préparations modernes. Prenez une toile de lin au tressage assez serré et au fil pas trop fin. Décatissez-la et faites-la sécher. Une fois sèche, vous la tendez sur votre châssis droit fil. Plus votre toile sera correctement tendue (droit fil) mieux elle prendra l'encollage. Puis encollez-la avec de la colle de peau de lapin à 10% (avec une pointe de fongicide). La toile va se détendre sous l'effet de l'eau qui allonge la fibre et se recontacter en séchant devenant parfaitement rigide.
Ensuite, j'utilisais un gesso acrylique passé en deux couches. Je peux vous garantir que votre toile a une réponse bien différente sous le pinceau des toiles industrielles.

Si vous avez peint sur une toile et que celle-ci ne vous plait, qu'elle a été encollée comme précédemment dit avant, n'hésitez pas à la retourner et à la retendre. Vous repassez deux couches de gesso (inutile de la réencoller), et vous pouvez repeindre. La peinture en dessous va isoler la toile de l'humidité lui permettant de résister un peu plus aux dégradations du temps.

Pour en savoir plus, vous pouvez lire l'article sur le vieillissement naturel des peintures http://www.3atp.org/Vieillissement-naturel-des, celui sur les craquelures d'âge http://www.3atp.org/Craquelure-d-age et celui sur les règles de conservation des peintures http://www.3atp.org/Regles-de-conservation-des.
Attendez plusieurs mois avant de vernis vos tableaux, mais vernissez-les ! Et si possible pas à la bombe, mais au spalter. Jetez aussi un oeil à l'article http://www.3atp.org/Pieges-des-nettoyages-de-peinture qui parle des mauvais mélanges de pigments qui ont des réactions chimiques qui dégradent la couche picturale.

J'espère avoir répondu à votre question.
N'hésitez pas à faire signe si vous avez des questions complémentaires ou si je n'ai pas été clair sur un point.
Et merci pour votre démarche conservative.

#24 Re : RETOUCHE » Retouches mates » 13-09-2017 07:04:32

Bonjour

Avez-vous essayez le paranoïde B72 (à 15 ou 20%) pour nourrir et ou diluer vos retouches et pour une pure dilution le diacétone alcool ?

#25 Re : DIVERS » Marouflage extérieur » 03-09-2017 08:29:51

Bonjour

Vous avez une toile collée à du carton et vous voulez savoir quel colle est utilisée ou vous voulez vous-même coller une toile imprimée sur du carton ?
Et quel est le type de toile ? Coton, Lin, synthétique ? Et le type d'impression ?
Pour ressayer de vous répondre efficacement, merci de préciser votre question.

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB 1.5.9